Quibou : Eglise Saint Rémy

L'église Saint Rémy a été, en grande partie, détruite lors des combats de juillet 1944. Il ne restait que les murs de la nef du 12ème siècle, la chapelle sud, la base du clocher du 13ème siècle et le porche gothique remanié en 1659.

La reconstruction est l'oeuvre des architectes TOUGARD, élève de Paul BIGOT, et COCHEPAIN en 1954. 

La nef unique est laissée en charpente apparente. La tour latérale nord dégage l'espace consacré à la chapelle latérale très contemporaine. Côté sud, la sacristie est surmontée d'une tribune en bois depuis laquelle on peut admirer le chœur. Une grande baie au sud traitée en claustra apporte un éclairage latéral au sanctuaire. 

Helen MAI (de son vrai nom Jeanne LARTIGUE) a réalisé la tenture du chœur et le chemin de croix.

La tenture est ornée des symboles des évangélistes, de calices de pains et de poissons. Chaque couleur revêt un symbole liturgique : le rouge pourpre est celui de la Passion du Christ, l'indigo est une antique teinture de la Bible, le ceruleum (bleu pâle) fait référence à la Vierge Marie, l'éclat du blanc est symbole de pureté et le noir signifie le martyre dans le chemin de croix. 

Le chemin de croix, réalisé par Helen MAI, est composé de 14 tableaux. Elle a utilisé une technique mixte faite de peinture à l'huile et de peinture à la cire à chaud sur bois (okoumé). 

Le Christ en croix, placé près de l'autel a été créé en 1953 par Macel GILI (élève de MAILLOL et membre du groupe des Artisans du Sanctuaire). La croix ajourée a été dessinée par l'architecte TOUGARD et réalisée par GUILBERT (Saint-Lô).

Les verrières de la nef sont l'oeuvre du peintre verrier parisien Jean GAUDIN (1952). Elles sont ornées des symboles de la Vierge : trône de la Sagesse, Maison d'or, vase d'honneur, Tour de David, Porte du Ciel, Mioir de Justice, Jardin clos, Rose mystique et Etoile du Matin.


L'église de QUIBOU a reçu le label "Patrimoine du 20ème siècle" par décision du préfet de région le 30 mars 2004.

Le chemin de croix et la tenture ont été inscrits à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le 11 février 2004.


Ci-dessous, les photos de Catherine lors de sa visite de l'église Saint Rémy