Jobourg : Église Notre dame

Paroisse Bienheureux Thomas Hélye

 L'église de Jobourg ( Jobourg : du scandinave "borg", forteresse précédé du scandinave "jorth", terre : "la levée de terre, la fortification".),  au sommet de la falaise,  fait le dos rond sous les assauts des vents qui assaillent le cap de la Hague.

Les photos de Christian

Les photos de Martine et Guy

Planté entre des murets de pierre, cet édifice est daté du XIème, remplaçant probablement un sanctuaire beaucoup plus ancien, puisqu'on a repéré non loin les traces d'un camp romain proche.


On pénètre dans le cimetière avec sa grande croix ( du XVIIIème ?) par un échalier fait d'une pierre tombale à croix nimbée, d'inspiration celte, comme on en trouve de nombreuses dans cette partie de la Manche.


  L'église, coiffée d'une tour en bâtière est flanquée au Nord d'une chapelle et précédée d'un petit porche.

Sur la tour, on remarque les traces de l'ancienne corniche et le toit en bâtière de la renaissance.

On observe aussi sur le mur Sud, la marque de l'ancienne chapelle démolie en 1750.

 

Les mansardes dateraient au plus du XVIIIème.


Les photos de Christian


 Vestiges d'une piscine double romane.

Détail d'une sculpture "VIERGE DE PITIÉ" ou PIETA



Fresque murale Détail Saint-Lô



L'église a été longtemps le siège d'une confrérie, "Notre-Dame de Mort-cry" ( déformation de Mort-Christ", invoquée en faveur des trépassés.

 


  Une sacristie a été collée au chevet plat au XVIIIème comme cela s'est pratiqué dans beaucoup d'églises.


  A la même époque, les baies romanes ont disparu, remplacées par des ouvertures plus grandes.

Par contre, sur le mur Nord, on peut voir encore les reste d'une curieuse petite corniche faite d'arcades en plein cintre.


  Passant le petit porche, on pénètre dans la nef voutée de bois qui a remplacé l'antique charpente après la Révolution.

Deux dalles funéraires nimbées y sont encore visibles.


  Dans la chapelle Sud la clef de voûte porte les armoiries de Lucas de Boval, seigneur de Jobourg en 1636.


  Une perque de bois est accrochée à l'arc en plein cintre, lègèrement aplati et décoré de frettes ornement caractéristique du roman Nord-Cotentin.

Les voûtes sous la tour tombent sur des colonnes aux décors végétaux simples mais harmonieux dont certains en forme de papyrus.

Trois fenêtres romanes dans le chœur ont été bouchées lors de la construction de la sacristie. Elles servent de niches. Des croisée ajoutées au XIIIème simulent élégamment une abside en cul-de-four. A droite, une piscine double romane est encore visible.


  Date de protection MH : (cad. A 296), classement par arrêté du 26 juin 1972


  Pour la petite histoire, notons qu'un curé, Dom Fleury, du haut de son clocher notait les mouvements des navires anglais, qu'il croquait et renseignait ainsi le gouverneur du port de Cherbourg. Il n'aurait pas non plus hésité, à la tête de ses paroissiens, à s'opposer aux coups de mains des corsaires qui tentaient de débarquer sur la côte.
L'église a été longtemps le siège d'une confrérie, "Notre-Dame de Mort-cry" ( déformation de Mort-Christ", invoquée en faveur des trépassés.
  


__________
  Bibliographie : 
  Quand les Normands bâtissaient les églises Bernard Beck OCEP
  Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie René Lepelley Corlet ed.


~~Retour~~

Nous avons plaisir à prendre des photos,nous aimons le département de la Manche,nous aimons partager.....nous sommes des passionnés....Nous nous sommes lancé le défit suivant.......

recenser et photographier chaque Église, Chapelle, Abbaye de la Manche...!!!!

Pages et sites des amis
Sur notre site les photos des amis

Les liens, ci dessus,  vous invitent à découvrir les sites des amis  le thème de leur site ne concerne pas les églises de la Manche. 

Toutefois une visite sur leur site leur fera un grand plaisir.